Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Autres Activités - DILTEC Groupe Tâches et dispositifs
Didactique des langues, des Textes et des Cultures

Partenariats

Paris3

Colloque apprendre les langues a l'université au 21e siecle

Appel à communication pour le colloque des 9, 10 et 11 juin 2011

 Apprendre les langues à l’université au 21e siècle

Les changements structurels majeurs de ces dernières années (le Conseil de l’Europe avec le CECRL, l’Union européenne avec le processus de Bologne, le LMD et la certification) ont induit une réflexion approfondie sur l’apprentissage des langues, son rapport à la société cognitive et à l’apprentissage tout au long de la vie.  L’enseignement des langues s’est initialement adressé à des étudiants spécialistes de langues (futurs traducteurs, interprètes et surtout enseignants). Aujourd’hui, les enseignements en langues concernent de plus en plus le secteur qu’en France, on appelle  LANSAD (LANgues pour Spécialistes d’Autres Disciplines). Ce dernier se caractérise par la montée en force de l’anglais, proposé dans la plupart des cursus universitaires, certains l’étant même entièrement dans cette langue. Néanmoins, les autres langues ont également une place plus ou moins importante en fonction des besoins. En France, ces enseignements LANSAD sont souvent dispensés en formations courtes de quelques dizaines d’heures, sur quelques semestres au mieux, suivant une organisation peu stable en ce qui concerne les programmes, les activités et les évaluations. L’urgence de la demande, le manque de stabilité des personnels et de continuité des enseignements ont marqué l’évolution de ce secteur, accompagné de multiples recherches, dispositifs, réflexions professionnelles et parcours liés aux nouvelles technologies. Une réflexion didactique spécifique semble, dès lors, indispensable pour répondre à ces changements structurels, au nombre important d’étudiants et de disciplines concernées, alors qu’une reconnaissance institutionnelle n’est pas encore assurée. L’objectif de ce colloque est de partager avec des chercheurs et praticiens travaillant dans d’autres contextes de par le monde, une réflexion sur les axes retenus :

 

Axe 1 : Le public

Qui sont les étudiants apprenant les langues à l’université en particulier dans le secteur LANSAD ? Quelles sont leurs attentes, dans quelle mesure leurs besoins diffèrent-ils de ceux des étudiants spécialistes de langues ? Quels sont les grands domaines académiques des publics du secteur LANSAD et en quoi ces domaines influencent-ils les apprentissages des langues ? Comment prendre en compte les plurilinguismes toujours plus présents chez les étudiants  ainsi que la multiplicité des origines culturelles ? 

Axe 2 : La mobilité

Quels parcours de mobilités (réelle ou virtuelle) en langues pour les étudiants et les enseignants ? Cette question est à relier au contexte plurilingue et pluriculturel dans lequel se réfléchit désormais la didactique des langues, mais aussi aux politiques économiques qui sous-tendent de plus en plus les politiques éducatives.

Axe 3 : Les dispositifs

Quelles formations et quels dispositifs pertinents sont mis en place ? Comment intégrer langues et contenus disciplinaires ? Comment définir, mesurer et valider le potentiel des TIC (plateformes, podcasts, forums, chats, blogs, wikis, assistance par ordinateur pour l’apprentissage des langues)? Quelles modélisations pouvons-nous proposer ?

Axe 4 : Les enseignants

Quels profils pour les enseignants de langues à l’université, qu’ils interviennent pour les spécialistes de langues ou dans le secteur LANSAD ? Quelles formations et quelles compétences spécifiques ? Dans quelle mesure et de quelles façons organiser une collaboration entre les enseignants de langues et les enseignants d’autres disciplines ? Comment intégrer les modèles didactiques pour les apprenants et  pour les enseignants ?

Axe 5 : Evaluation et certification

Comment s’effectue l’évaluation de l’apprentissage des langues à l’université ? Comment évalue-t-on les étudiants ? Les contenus, les langues et lees dispositifs ? Quelles modifications apportent l’auto-évaluation, le suivi (individualisé ou non, hybride, à distance ou en présentiel) ? 

La recherche didactique en ces domaines peut-elle maintenir un espace autonome de questionnements ?

 

Les langues du colloque sont le français et l’anglais. Un résumé de 500 mots est à envoyer à :        ……. (Site du Colloque) pour le 1er décembre 2010 à cedricbrudermann@gmail.com en précisant l’axe du colloque dans lequel la communication s’inscrit. Ce résumé inclura la problématique théorique, la démarche méthodologique. Quelques références bibliographiques (non comptées dans le résumé) sont également attendues.

Par ailleurs, l’enregistrement en ligne nécessitera :

- 3 mots clés,

- un résumé de 100 mots pour le programme du colloque,

- nom et prénom,

- statut et institution.